Page 59 - journal 2017

Version HTML de base

59
Historique :
Dès l'année 1917, dans la grande tourmente du premier conflit mondial, germe dans l'esprit d'un certain
nombre de combattants présents à Paris, parce que blessés ou convalescents, l'idée de réunir tous ceux qui,
à quelques niveau que ce soit, ont accompli leur devoir de citoyen et de soldat pour la défense de la Patrie.
Pour donner corps à cette idée et pour porter témoignage des actes de courage de nos Poilus, ils
ébauchent déjà les grandes lignes d'un regroupement qui, l'année suivante, deviendra officiellement
l'Union Nationale des Combattants
(UNC)
Forts de leurs expériences respectives souvent douloureuses, ils sont décidés à aider leurs camarades
rentrant du front, marqués dans leurs corps, souvent même dans leurs âmes à se réinsérer dans la société
civile.
Ils réfléchissent aux grandes actions qu'il leur faudra mettre en œuvre au lendemain de la guerre et
décident, le 1
er
Novembre 1917, de créer une revue. Ce sera
"La Nouvelle France"
qui, quelque années
plus tard, deviendra
"La Voix du Combattant".
Aumônier des soldats, le Père BROTTIER, écrit fréquemment dans cette revue. Ses articles sont fort
appréciés des lecteurs qui y retrouvent, non seulement l'esprit de camaraderie et de solidarité qu'ils ont
connu au front, mais aussi le sens du devoir, le patriotisme et...la foi qui leur avait permis de tenir le coup
dans les heures sombres .
Un comité provisoire est constitué qui décide très vite de créer une structure nationale pour mener à bien
ce projet. Le Général Léon DURAND, héros du Grand Couronné de Nancy, tout récemment retraité, accepte
d'en assumer la présidence et propose d'emblée la formule célèbre "Unis comme au front", qui deviendra
plus tard la devise de l'UNC.
Le père BROTTIER obtient un rendez vous avec "le TIGRE": Georges CLEMENCEAU et le convainc de l'utilité
d'une association qui, dans un esprit d'ouverture aurait vocation à accueillir tous les anciens combattants,
en dehors de tout clivage social, politique, philosophique ou religieux. Le président du conseil sensible à la
conviction et à l'enthousiasme du père BROTTIER, passe immédiatement aux actes et lui remet 100000
francs Or, somme qu'il avait reçue quelques temps auparavant d'une richissime veuve dont le mari et le fils
unique venaient de donner leur vie pour la France ... " faites quelque chose pour nos poilus" avait elle
ajouté en lui remettant cette somme.
C'est ainsi que naît l'UNION NATIONALE des COMBATTANTS, déclarée officiellement en Préfecture de
Police de Paris le 26 Novembre 1918
(JO du 11 décembre1918).
Première Assemblée Générale en mai 1919,
et le 1
er
juillet 1919 sort le premier numéro de "LA VOIX DU COMBATTANT" en remplacement de la
Nouvelle France.
Première section en Indre et Loire, reconnue par le Conseil d'Administration National du 20 octobre 1923,
déclarée en Préfecture de Police de Paris aussitôt, sous le N° 434
(JO du 27/12/1923)
Suivie de Loché sur
Indrois N° 496
(même date de reconnaissance et même JO)
UNION NATIONALE des COMBATTANTS
Jean Claude MARCHAIS
Président Honoraire de l'UNC d'Indre et Loire
Membre de la commission Nationale des Veuves et Orphelins de Guerre